«

»

Août 12

La maladie est un don

maladie cadeauC’est un fait, nous allons tous mourir. Tout le monde le sait, mais peut de personnes en prennent vraiment conscience et agissent dans la vie en fonction de ce paramètre. Vous ne me croyez pas ? Alors prenez-vous comme exemple ; Si vous deviez mourir cette nuit auriez-vous des regrets ? Des choses que vous auriez rêvé d’accomplir ? La réponse est certainement Oui pour 99% des gens. Maintenant, choisissez l’un de ces rêves. Avez-vous planifié de réaliser ce rêve ? Savez-vous exactement combien il coûte ? Les pré-requis nécessaires ? Si vous connaissez les réponses à toutes ces questions, alors bravo, il est évident que vous avez pris votre vie en main. Sinon, rassurez-vous il n’est pas trop tard, mais cela nécessite du travail.

Peut de personnes prennent donc réellement conscience de la mort au point de changer leur vie. C’est ce qui m’amène à vous parler de nous et de notre maladie.
Figurez vous que notre maladie est un don ! Tout simplement car celle-ci nous rappelle chaque jour que nous sommes vulnérables et qu’un jour nous allons mourir. Chaque jour notre maladie nous rappelle qu’il est important de prendre sa vie en main si nous ne voulons pas avoir de regrets sur notre lit de mort. Faire ce que nous avons à faire (et ce que nous pouvons encore faire) avant qu’il ne soit trop tard. Cela peut être simplement de pardonner à un proche ou bien de gravir le sommet du Mont Blanc !

Nous avons donc une chance énorme par rapport aux autres personnes non malades. Les personnes en bonne santé vivent leur vie dans l’insouciance, et risquent ainsi de perdre un temps précieux à ne pas faire ce qui compte vraiment pour eux. Nous au contraire, chaque matin nous nous levons et avons conscience que le temps est précieux car la maladie nous le rappelle bien (avec la prise des médicaments du matin par exemple, ou bien les douleurs chroniques). Chaque jour supplémentaire que l’on vit est un cadeau. Le temps qui passe ne joue souvent pas en notre faveur, et c est pourquoi nous savons à quel point il est précieux.

Voilà pourquoi je vois la maladie comme un don.

J’adore la citation : Nous commençons notre deuxième vie lorsque nous réalisons que nous n’en n’avons qu’une.

Cette prise de conscience n’est malheureusement pas sans conséquences car pour certains elle conduit à la dépression. La dépression engendre des symptômes physiques graves qui se rajoutent malheureusement à ceux déjà existants de la maladie chronique. J’aborderai ce thème plus en détail dans un autre article car je suis moi même passé par là. Je n’aime d ailleurs pas le terme « dépression », car il fait peur et n’est pas représentatif de l état psychologique dans lequel on est dans chacune des phases d’une dépression. Je préfère plutôt le terme « période de remise en question ». Mais cette période à aussi du bon dans la mesure où cela nous force à découvrir qui nous sommes, et ce qui compte vraiment pour nous.

Pour conclure :
Oui notre espérance de vie est bien inférieure à celle de la moyenne de la population, mais personnellement je préfère milles fois mourir en ayant été longtemps malade mais heureux, plutôt qu’en bonne santé toute ma vie mais frustré 😉

Opt In Image

Je hais les spams, votre email ne sera jamais revendu ou donné à un tiers

6 commentaires

Passer au formulaire de commentaire

  1. Sitelle

    Y compris pour les accompagnants fifèles et proches. Marie de Hennezel disait, ‘ceux qui vont mourir nous apprennent à vivre’. Je l’ai ressenti ainsi, après avoir vécu vignt ans de sclérose en plaques, et treize ans de cancer aux côtés d’une amie. Je suis peut-être sortie plus fragile le jour de son décès, mais certainement beaucoup plus riche de ce que j’avais vécu à ses côtés. Elle m’a dicté le texte de sa cérémonie d’enterrement, et fait graver la musique qu’elle voulait. (Enya : ‘Pilgrims’) Les amis n’ont jamais su combien elle souffrait du fait qu’elle était métastasée au squelette, et ne supportait pas la morphine, moi si. C’est le dialogue, la parole, le partage qui nous ont permis d’aborder la phase finale dans une grande sérénité.

  2. Carencoeur

    Un passage très intéressant sur votre blog. Le titre de cet article ouvrirait de longs débats, ça me choque et fait réfléchir aussi.
    Bien à vous, bon courage.
    G.

    http://www.carencoeur.blogspot.com

  3. Nathalie

    Wahou Ollivier, bravo pour ce blog et merci !

    MOI AUSSI, j’ai une maladie chronique (neuro-musculaire) depuis un an et demi. MOI AUSSIi, je considère la maladie comme un don, comme une chance dans ma vie. MOI AUSSI, j’ai bien l’intention de vivre à fond, d’être heureuse et de réaliser mes rêves.MOI AUSSI je suis passionnée par le développement personnel. MOI AUSSI, je travaille sur internet et me crée des revenus passifs. MOI AUSSI, j’ai un blog sur lequel je relate mon parcours, mes expériences, mes découvertes concernant la santé, et les défis que je me lance…

    et je suis vraiment ravie d’être tombée sur ton blog, je crois que ça faisait un moment que j’en cherchais un comme ça. Je l’ai d’ailleurs trouvé en tapant « vivre ses passions malgré une maladie chronique » dans google 😉

    A très bientôt, je vais te suivre de près. Bonne continuation pour tout !

    1. Olivier

      Hehe, ça fait plaisir de recevoir des messages comme le tient.
      Etant donné qu’on a tellement de similitudes dans notre personnalité et notre santé, n’hésite pas à me contacter en privé pour voir comment on peut envisager d’avancer ensemble.
      A très bientôt et n’hésite pas à envoyer le lien de ton blog.

      Olivier

  4. lylycarole

    enfin un blog très intéressant,

    moi aussi la maladie a été un don pour moi,
    un don de me réveiller à moi même, que j’étais vivante et que mon corp n’avait pas encore envie de rendre les
    armes.
    maintenant toutes les nuits je suis branchée à une machine pour pas que j’oublie de respirer.
    et c’est grasse à elle que j’ai pris conscience en entendant ma respiration que j’étais vivante.
    à ce moment là j’ai réalisé que j’avais pas respiré, vécu ma vie à fond.
    ça m’a aider pour la suite à accepter le diagnostique de maladies chroniques qui on été diagnostiqué par la suite.
    et a vivre plus en adéquation avec moi même et plus heureuse au fond.

    lylycarole

    1. Olivier

      Merci Carole pour ce témoignage très inspirant 😉
      Portez-vous bien
      Olivier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>