«

»

Oct 12

Pourquoi nous cédons à certains plaisirs sachant qu’ils sont mauvais pour la santé

mauvais-pour-la-santeIl arrive souvent que l’on cède à certains plaisirs sachant pertinemment que ce sera mauvais pour notre santé.

Pour un plaisir, mille douleurs.    François Villon

Je pense par exemple aux personnes ayant une allergie alimentaire ou des problèmes sanguins comme le diabète, et qui pourtant font quelques écarts de temps à autres. Aux personnes atteintes d’un cancer des poumons qui ne peut s’empêcher de fumer à la sortie de l’hôpital. Aux personnes qui malgré les interdictions imposées par les médicaments ne peuvent s’empêcher de se faire plaisir, en buvant de l’alcool par exemple.

Les exemples sont nombreux et je suis persuadé qu’il vous est déjà arrivé d’en faire autant ; Privilégier le plaisir au détriment de la santé.

Les raisons

Les raisons sont nombreuses. D’abord parce que l’on a besoin de se faire plaisir. En effet, lorsque la santé est mauvaise rien ne va, y compris le moral. Il ne reste alors que peu de moments de plaisir. Alors quand l’occasion se présente (un repas, une soirée entre amis, etc.) l’envie est trop forte et le petit diable perché au-dessus de notre épaule nous convaint que ce n’est qu’un petit écart, qu’on l’a mérité et qu’il n’y aura pas de conséquences.

Rassurez-vous c’est normal. L’objectif de cet article n’est pas de vous rendre inhumain en s’interdisant tout plaisir. L’objectif est plutôt de vous aider à prendre conscience des raisons et des conséquences de vos actes. Ainsi vous pourrez faire votre choix en toute connaissance de cause le moment venu.

L’habitude

Ensuite la deuxième raison pour laquelle nous privilégions parfois les plaisirs sachant qu’ils sont mauvais pour notre santé, c’est l’habitude. Si vous avez une mauvaise habitude, et que vous savez qu’elle a un impact négatif sur votre santé, vous n’allez pas changer cette habitude pour autant. Par exemple, tous les soirs j’ai l’habitude d’être scotché devant mon ordinateur portable. Et ce jusqu’à ce que ma femme, endormie sur le canapé, se réveille et demande à aller se coucher.  Je sais pertinemment que d’être devant l’écran d’ordinateur avant de me coucher est mauvais pour la santé. Cela m’empêchera de trouver le sommeil pendant environ 1 heure. Et du coup ma nuit sera raccourcie d’autant de temps. Ce qui j’en suis certain me fera me sentir fatigué toute la journée qui suivra et augmentera le risque d’avoir une surinfection des poumons. Surinfection qui entrainera la prise d’antibiotiques et parfois même de cortisone. Pourtant je le fais.

Le problème des habitudes c’est qu’elles passent souvent inaperçues. Je vous invite à chercher dans votre vie vos mauvaises habitudes. Celles qui ne sont pas bonnes pour votre santé à court, moyen ou long terme. Écrivez cette liste sur une feuille et remettez chaque habitude en question. Pour cela rien de mieux que d’en créer de nouvelles.

La dépendance

La troisième raison pour laquelle nous privilégions parfois les plaisirs sachant qu’ils sont mauvais pour notre santé est la dépendance. La dépendance est ce qu’il y a de plus dangereux pour notre santé car elle peut vous conduire à la mort. Là l’exemple du fumeur de cigarettes prend tout son sens. Les dépendances peuvent êtres nombreuses (alcool, cigarettes, drogue, nourriture, médicaments, etc.).

Nous savons aujourd’hui que la majorité de nos dépendances sont dangereuses pour notre santé. Cela me fait penser à mon grand père qui me dit toujours que tout excès n’est jamais bon pour la santé. Nous n’avons donc aucune excuse car nous le savons.

Pourtant, si l’on est dépendant, notre corps réclame sa dose. Alors nous la lui donnons, tout simplement. Nous répondons favorablement à cette demande pour avoir la paix ou se faire plaisir pendant à peine quelques minutes. Or nous savons pertinemment que cela va recommencer. Pourquoi ? Par faiblesse, par simplicité ou par réflexe ? Il est difficile de se défaire d’une dépendance. Parfois il faut même se faire aider (par un médecin, un psychiatre, une association, un centre spécialisé, etc.) pour y arriver. Tout l’enjeu est d’abord de prendre conscience de sa dépendance (sans la nier), puis d’accepter de se faire aider si besoin. Et accepter de se faire aider c’est montrer ses faiblesses. Ensuite il faut le courage et surtout la détermination pour ne plus céder et pour arriver à s’en sortir. Il y va de sa santé !

L’appartenance sociale

La quatrième raison pour laquelle nous privilégions parfois les plaisirs sachant qu’ils sont mauvais pour notre santé est l’appartenance sociale. Oui, il nous arrive de faire certaines choses juste pour faire plaisir à d’autres. Pour être en phase avec ses amis, sa famille ou ses collègues. On le fait juste pour se sentir normal. Pour se sentir intégré à un groupe ou simplement pour qu’on ne vous pose pas l’éternelle question lors d’un refus ; Mais pourquoi ?

Comment renoncer aux plaisirs éphémères

Comme je vous le disais précédemment, céder à un quelque chose qui nous procure du plaisir est une réaction, ou plutôt une faiblesse, humaine. L’enjeu est d’abord de prendre conscience de ce phénomène pour se poser les bonnes questions ; Les impacts négatifs sur ma santé seront-ils plus importants que le plaisir éphémère obtenu ? Les problèmes sur ma santé qui suivront dureront-ils plus longtemps que la durée de plaisir qui précède ? Ce plaisir aura-t-il pour conséquence de réduire ma durée de vie ?

Avec le temps, on se rend compte que certains moments de plaisirs sont très éphémères, et n’en valent pas la peine lorsque l’on réfléchit à leurs conséquences négatives sur notre santé.

Oubliez donc ce que vont penser les autres de vous. Ce n’est pas eux qui seront à votre chevet lorsque vous serez malade. Les gens sont naturellement égoïstes (ça aussi c’est humain) et vous encourageront à les suivre dans leurs intérêts personnels. Ne les suivez donc pas comme un mouton. Si vous refusez et que la personne se vexe, c’est qu’elle n’en vaut pas la peine. La seule personne qui l’intéresse c’est justement sa petite personne. D’ailleurs je suis sûr que cette personne ne vous aura même pas demandé comment vous allez sachant que vous avez des problèmes de santé chronique.

Attention, je ne suis pas en train de dire qu’il faut renoncer à tout plaisir. Je parle uniquement de ceux qui sont mauvais pour notre santé. Après il y a de nombreux plaisirs que nous croyons inoffensifs alors qu’ils sont dangereux pour notre santé. Dans ce cas, les impacts sur notre santé se feront ressentir à long terme. Les médecins américains disaient bien à l’époque que fumer était bon pour la santé !

Conclusion

Le mieux est de s’informer un maximum, et les livres et internet sont des outils très accessibles aujourd’hui. Vous n’avez donc plus d’excuses. On peut ne pas savoir, mais on ne peut pas rester dans l’ignorance. Savoir ce qui est mauvais pour la santé est donc essentiel. Ensuite, vous serez confronté à votre propre conscience afin de prendre ou non ce petit moment de plaisir.

N’hésitez pas à me laisser un petit commentaire pour me donner votre avis sur la question.

Portez-vous bien !

Opt In Image

Je hais les spams, votre email ne sera jamais revendu ou donné à un tiers

2 commentaires

  1. Martin

    Plaisirs éphémères, ouaie, tu n’as pas idée comment je suis hypotéqué coté santé, les ecouté! e ce qui me concerne c’est d’arrêté de vivre totalement et hyberner. Si ça t’intéresse je te dirai les pathologies que j’ai. Je vis au québec au canada. À bientôt Martin

  2. 2lavapeur

    la différence entre la dépendance entre la cigarette et les autres substance tel que nourriture, médicament et que dans la cigarette les industries du tabac dépenses des millions tous les ans pour trouver des produits supplémentaires à ajouter pour nous rendre encore plus indépendant.
    C’est incroyable qu’au XXIème siècle ce genre de comportements qui tuent en masse soit encore possible.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>